Les côtes bretonnes en kmer

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:29 pm

Bonjour à tous,

Je raconte ici ma randonnée en solitaire juillet/août 2010 avec pour objectif principal la découverte des côtes bretonnes.

Faire le tour de la Bretagne a pour moi un attrait particulier. Il signifie utiliser le canal d'Ille & Rance et la Vilaine pour faire rejoindre les côtes nord & sud. Cela implique de passer par Rennes, ma ville. Je peux donc aller à la mer avec mon kayak en partant de chez moi, le concept me plait.

Ne connaissant que très peu le finistère notamment c’est pour moi une vraie rando découverte.

Je l’effectue en solitaire. Je ne connais personne d’autre de dispo et c’est l'occasion de mieux se connaître en tant que kayakiste et d’évoluer à son ryhtme. J’ai un léger problème d'épaule (entorse accromio-claviculaire) et dois parfois ménager mes efforts.

Voici le parcours global effectué en partant vers le sud. Distance estimée totale à 750km.

Image

Je fais un résumé au quotidien des 25 jours de rando. J’indique les distances approximatives réalisées, aller-retours inclus. Ce sont les déplacement du kayak, chariotage inclus. Exceptionnellement le jour 14 il s’agit de marche à pied.


JOUR1 mardi 13/07/10

départ & passage d’écluses
Rennes <> St Senoux
32 km

Je chariote de mon garage à Rennes jusqu'à la Vilaine (2km environ) à 4h du mat' pour ne pas prendre de risque avec la circulation.

Je passe des écluses et navigue tout doucement malgré mon envie d'avancer. Je ménage mon épaule qui m'a fait beaucoup souffrir il y a 2 semaines à Belle Ile.

Pause photo à l’écluse du Boël :

Image

Je dérange les nombreux chevesnes qui somnolent à fleur d’eau.

Peu avant de m’arrêter un pêcheur a un silure en bout de ligne mais ne peut remonter sa prise car son matériel est trop léger. Sinon je serai resté au spectacle, je n'ai fait que 4-5km de plus.

Seul Bourg-des-comptes attire mon attention.

Image

Je tenterai moi-même de pêcher du ponton de mon lieu de bivouac sans résultat.

Image


JOUR2 mercredi 14/07/10

vilaine canalisée & fête nationale
St Senoux <> Brain / Vilaine
37 km

Mon épaule me fait souffrir le matin et à chaud ça va mieux. Je croise beaucoup de cygnes, que j'évite, et peu de plaisanciers.

Image

Un vent fort s'engouffre dans la vallée de la Vilaine et me freine considérablement, je cherche les bordures abritées.

Chaque passage d’écluse me fatigue, je sens des courbatures quand je me hisse sur un ponton.

Image

Le soir je m’essaye au leurre souple, mais aucun bec ne frappe. Plus tard dans la nuit j’entendrai le bal de Brain / Vilaine.

Image


JOUR3 jeudi 15/07/10

Vilaine sauvage
Brain / Vilaine <> Château de Léhellec
48 km

En m’arrêtant à Brain la veille je voulais revoir la star locale du village croisée 2 ans plus tôt en faisant Rennes-Chateaulin à vélo. Une vedette qu'on sait toujours où trouver et avec qui j’avais bien rigolé. Mais ayant déjà accumulé de la fatigue, je ne sors pas du kayak au moment où je traverse le bourg.

Je croise d’autres pagayeurs dans un canoé en bois vraiment très beau. C'est sa première mise à l'eau. Ils voulaient partir de chez eux (Langon de mémoire), père et fils, pour rejoindre Redon mais avec le vent ils repoussent le projet.

Un bruit d’hélico et je vois mon premier tigre. Il file au sud.

Image

Passé Redon le site est superbe, plus de hallage, plein d'oiseaux, des plaisanciers bien sympathiques et heureux d'être là . On navigue dans une rivière bordée de hautes herbes, le site semble marécageux mais ne l’est pas. J’ai croisé un passionné d’ornithologie qui m’a expliqué qu’il venait au printemps observer ici les oiseaux.

Image

Image

Je m'étonne de voir des voiliers remonter la vilaine au moteur alors qu'ils ont un fort vent arrière.

Je constate de nombreuses cabanes et carrelets, bateaux carrelet à l'abandon.

Image

Je passe ma 2ème nuit dans le crachin, sac de couchage et sursac me suffisent. Le duvet (15°C) est un peu léger et je chercherai mieux à mon escale à Belz (Philippe m'a donné la solution en me montrant sa couverture de soie qui prend peu de place et qui ajoute 5°C, j'en ai acheté une à Vannes, cf jour7 et n'ai plus eu froid la nuit par la suite).

Image

Le randonneur, ornithologue à ses heures, accepte de me photographier.

Image


JOUR4 vendredi 16/07/10

arrivée en eau salée
Château de Léhellec <> Damgan
27 km


Dans le silence absolu du petit matin je traverse port Froleux où je frôle de jolis voiliers et autres bateaux. Il y en a énormément, je dirai 200, moment magique, il n’y a personne sur les ponts.

La vallée plane devient falaises autour de La Roche Bernard.

Sous le pont un jeune goéland.

Image

J’atteins Arzal. Des bateaux font la queue à une station essence sur pilotis, d'autres font la queue à l'ouverture du barrage. Je fuis en chariotant à une cale.

Rien n'est prévu pour les petites embarcations et je dois traverser un lotissement pour arriver de l’autre côté où il n’y a pas de cale. Je repars à travers la vase. La rupture est brutale. Il n’y a aucune harmonie entre vilaine & mer et un fort vent d’ouest me souhaite la bienvenue.

Image

J’atteins la pointe de Kervoyal avec peine. Je me restaure d'un triple portion de moules, délicieuses.

Image

On sort d’un coef 104 et l’eau est marron jusqu’à Arzon. Inutile de penser à chasser. Je dors sous une pluie fine.


JOUR5 samedi 17/07/10

mer agitée
Damgan <> Locmariaquer
17 milles

Je pagaye contre le vent. Je m’épuise.

Le château de suscinio :

Image

A 14h je trouve une belle plage où je m’arrête. J’hésite à attendre le lendemain, je fait beaucoup d’efforts pour peu de distance. Mais le soleil tape fort et je ne sais pas rester inactif, je retourne sur l’eau.

Ma progression au centimètre m’énerve. Je perds patience et commence à perdre mon self-contrôle. Je donne toute mon énergie malgré les conditions. Je retrouve un rythme de progression acceptable et retrouve le moral.

Il y a de belles falaises sur la presqu'île. Je prends plaisir à les frôler. La mer est formée et en jouant avec les vagues je prend une rouste.

Je regarde sur ma carte les possibilités pour rejoindre le groupe EU qui fait un week-end kayak dans le Golfe et campe à l’île d’Arz. Malgré mon envie de leur faire un coucou les rejoindre dépasse mon potentiel.

J’oublie ma photo quotidienne de bivouac.


JOUR6 dimanche 18/07/10

farniente en famille
Locmariaquer <> Penthièvre
9 milles

De la famille me rejoint à la plage, c'est le moment de se reposer.
J'appelle Nico & Philippe qui sont dans le Golfe. Apparemment ils ont fait une très grosse journée le samedi. Philippe me rejoindra le soir et on passera la soirée à causer kayak.

Après le repos je quitte Locmariaquer en rasant les cailloux. Je prend plus large pour doubler la Trinité, Carnac. Le trafic plaisancier est intense. Des jets-skis tondent la pelouse.

Je prend plaisir à pagayer car il n'y pas de vent! Je vais plus vite que les voiles !

J'hésite à orienter mon cap directement sur le Conguel. Je pourrai faire la côte sauvage le lendemain. Mais j’ai hâte d'arriver sur des côtes inconnues et je choisis de charioter à l'Isthme.

Devant Penthièvre je constate une armée de bouées blanches (des casiers?) et dans l'eau des sortes de blocs de métaux anti-houle pour protéger la digue.

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:36 pm

escale
Penthièvre <> Belz
9 milles

J'ai eu froid et peu dormi. Je me lève tôt. Philippe a bivouaqué avec moi. Il semble réveillé depuis un moment. Il a apporté des produits frais (melon, tomates), c'est un régal.

Il m'encourage et fait quelques photos à mon départ.

Image

Image

Image
<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o>:p></o>:p>
Les lumières sont superbes, je file avec un léger vent d'est vers l'embouchure de la Ria. Je m'arrête juste jouer dans les cailloux d'Erdeven . Je les connais bien car j'y chasse à l'occasion.

Image

Dans la ria les courants sont modérés. C'est pour le moment mon site préféré au petit matin. Il est unique.

Je remarque un bâtiment des secours en mer dont je ne connais pas encore l'utilité. Il contient un « canot de sauvetage ».

Image

Image
photo internet

Je chariote 1km pour m'installer chez des amis, à Belz.

Escale technique l'après midi, un gros impact mais pas de voie d'eau. Ne connaissant rien aux réparations, c'est mon premier bateau en fibre et je l'ai depuis 1 mois, je répare à peine.

Image

Je prend la voiture pour aller à Vannes compléter mon matériel et acheter des vivres.


JOUR8 mardi 20/07/10

escale
Belz
0 milles

Marché d'Etel, rinçage, communication internet.

J'essaye de contacter la DDE services fluviaux pour anticiper un éclusage sur le canal d'Ille & Rance si j'arrive là bas. Ils ne répondent pas. Cela fait plus d'un mois que j'appelle, on ne m'a jamais répondu ou donné des numéros inutiles.

Je scrute la mer quand je l'entrevois et observe les nuages et les effets du vent, je ne suis déjà plus en phase. Les 2 jours qui vont suivre vont me le faire comprendre.

Personnellement j'ai besoin de rester concentré. Je ne sais pas vraiment si je suis capable d'aller au bout alors je veux optimiser mon potentiel.


JOUR9 mercredi 21/07/10

journée difficile
Belz <> Doëlan
20 milles

Je met à l'eau à l'aube. Les courants me poussent agréablement jusqu'à la sortie de la Ria.

Image

Le vent qui s'était calmé depuis lundi est revenu.

Je passe aux magueros dont je connais le nom par la chasse sous-marine, observe les côtes, les restes des constructions militaires de différentes époques.

Image

Avant Fort Bloqué j'approche d'une plage pour m'arrêter mais n'atterri pas vu les vagues brisantes. Des déferlantes roulent auprès des cailloux qui bordent la plage. Par jeu je ne cherche pas à les éviter. Elles sont très puissantes et je dois forcer sans discontinuer pour en passer une série. Je prend conscience que j'ai oublié mon pont arrière où mes palmes ne sont pas assurées. Je me retourne : il est vide, plus de palmes, plus de pompe à eau.

Je retourne sur la plage. Malgré mes recherches et une heure d'attente je ne retrouve rien. Je repars dégoûté.
J'ai avec moi des affaires de chasse sous-marine pesantes, encombrantes, désormais inutiles. Je ne vais pas pouvoir chasser alors que j'adore ça et que ça m'aurait grandement nourrit .

Contre le vent je coupe Lorient. Un beau voilier s'entraîne à tirer des bords.

Image

Je croise un poisson lune et mon apn ne veut plus d'éteindre…

Image

J'arrive au bord de falaises grises.
Je trouve une plage de cailloux pleine de goemon. Elle est détrempée par un cours d'eau.. Je chariote pour dormir sur de l'herbe.

Image


JOUR10 jeudi 22/07/10

un pays pour la rando à pied
Doëlan <> Trévignon
13 milles

L'amertume de la veille ne m'a pas quitté.

Embarquant en même temps que moi un pêcheur me salue. Il me dit avoir croisé d'autres kayakistes qui ont dormi là . Mais eux allaient dans l'autre sens! Je m'enquiers de la météo :
<!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Vous connaissez les prévis météos ?
<!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Ils annoncent du 5 O-NO tout le week end.
<!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Ah ! Mais on est jeudi non ?
<!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Oui, oui, jusqu'à dimanche. Vous prenez pas la mer là ? Il vaut mieux attendre. Si vous voulez je vous remorque.
<!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Merci ça ira.

Je reste donc concentré. Je compte passer Trevignon et Penmach dans les jours à venir et elles ont leur petite réputation. Je modère les propos du pêcheur. Peu de gens savent qu'un kayak est marin et adapté à la mer formée. Toutefois je m'apprête à lutter contre le vent et je passerai au large des pointes si elles sont blanches.

Des bateaux de pêche évoluent moteur au ralenti. J'ai presque la même vitesse. La côte de falaise est jolie mais trop construite à mon goût. Je pense que je l'apprécierai plus en randonnant à pied. D'ailleurs les marcheurs sont nombreux.

Image

Je suis fasciné par tous les hauts fonds. En chasse sous marine ça semble paradisiaque. Surtout si on a du matos avec soi...

Je trouve une crique isolée pour me reposer.

Image

Passé les falaises il y a des plages et de beaux cailloux. Les Glénans sont à babord.

La pointe et le château de Trévignon sont superbes. J'ai tout le temps de les apprécier. Je pensai m'abriter un instant du vent en rasant cette pointe mais il n'en est rien.

Image

Fatigué je prend une belle gamelle à l'attéro. Je cherche à sortir du kayak trop tôt, perd le contrôle et le kayak me revient dans les jambes. Je prend un gros coup, et j'en prendrai encore deux ou trois.
Plus tard le club de Plouhinec me dira qu'il ne faut pas hésiter à surfer jusque sur le sable. Tant pis pour les rayures.

Il y a deux grands étangs marécageux derrière la plage sur laquelle je dors.

Image


JOUR11 vendredi 23/07/10

petites traversées
Trévignon <> Lehan
18 milles

Le vent est toujours d'ouest. Je me lève à l'aube pour éviter les thermiques.

Je souhaite avancer. aussi je coupe la baie de Concarneau et débarque pour manger à Mousterlin. Ensuite je coupe l'anse de Benodet.

Je suis seul sur l'eau. Seule une mouche me dis bonjour.

Image

Par bonheur, dans l'après-midi le vent est tombé. Je pousse donc jusqu'à Lehan un peu après le Guilvinec. Je veux être au plus près de Penmach demain matin pour éviter les thermiques si le vent est de retour.

Je suis ravi d'arriver sur Loconnec & Lesconil. Je trouve l'endroit très beau et suffisamment sauvage à mon goût.

Image

Je suis impatient de passer la pointe au soleil levant, par contre je n'ose même pas un bain, l'eau est glacée.

Image

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:42 pm

JOUR12 samedi 24/07/10

grande traversée
Lehan <> anse du cabestan
24 milles

Les vents forts semblent apaisés. La pointe de Penmach est très calme et très jolie Je vois 3 phares et devine que le plus grand est le phare d'Eckmà¼hl dont j'ai pu lire l'historique la veille. Je sais aussi qu'il s'y pratique une course et que les meilleurs le gravisse en moins d'1 min.

Pour ne pas me prendre une rouste à l'attéro sur les grandes plages de la baie d'Audierne je prend d'emblée un cap N-NE.
Le vent est vraiment absent alors au tiers du parcours je redresse plein N.
Toujours absent j'en profite et redresse à NO. J'envisage même de filer au pied du raz.
De plus l'intérieur de la baie ne m'enchante pas.

Image

Mais je n'ai pas mangé depuis le matin et choisis d'atterrir.

A la sortie du Goyen je vois plusieurs kayakistes. Je les rejoins hâtivement. Ils sont les premiers que je rencontre depuis Rennes. Ils m'accueillent admirablement bien, ça ne s'oublie pas. Un très bon souvenir.

Ils me tuyaute pour le Raz, la marée est décalée d'1h par rapport à Audierne. Heureusement qu'ils m'ont informé. Je me fiais à ce que j'avais appris des sauveteurs sur une plage peu avant. Ils m'ont affirmé que les heures de marée au Raz de Sein et à Audierne étaient identiques.

Je quitte donc l'ACK pour être au plus près du Raz. Je m'arrête à l'anse du cabestan et me ménage un bivouac qui s'annonce sous la pluie. Ayant failli oublié la photo, je la prend depuis le sursac.

Image

JOUR13 dimanche 25/07/10

splendide cap sizun
anse du cabestan <> port Théolen
16 milles

Le brouillard matinal ne dure pas. Je distingue les falaises sauvages. J'aime.

Image

Je suis concentré sur le raz car je n'y suis jamais allé. Je le passe dans les meilleures conditions avec un léger vent d'ouest sur la première heure de montante d'un coef 71.

Les vagues fixes font 1 mètre, je me retourne pour les surfer un instant.

Une fois le raz franchi une fatigue nerveuse retombe. J'étais vraiment concentré. Avec tout ce qu'on en dit j'ai voulu anticiper tout risque.

La baie des trépassés est un spot à surfeurs avec des gros hôtels devant. Je cherche une autre halte. Je mange à Théolen où je fais un surf énorme pour atterrir.

Emerveillé par les falaises je décide de m'offrir une après midi rase-cailloux en cherchant gentiment à atteindre le sud du cap de la Chèvre.

Image

Grotte débouchant à la pointe de Castelmeur, pousses pied, oiseaux me rasant, je profite.

Image

Image

Image

Après 2 jours de navigation en pleine eau je m'amuse, mais je prend un risque inconsidéré en m'arrêtant au pied d'un gros bloc de cailloux. L'eau s'en va et me laisse à sec. Quand la houle remonte je suis projeté et retombe dans un fracas!

A ma surprise le kayak est en une pièce. Je m'éloigne du bord et me jette à l'eau pour vérifier l'état du kayak. De gros impacts et surtout de l'eau dans la soute avant. Après des hésitations je repars à Théolen où je sais que je pourrai vérifier tout ça au calme.


JOUR14 lundi 26/07/10

marche à pied
port Théolen <> Primelin <> port Théolen
15 km

Grâce aux membres de kayakistesdemer.org je suis bien conseillé sur la marche à suivre en cas de casse. J'ai navigué 1 an avec un kayak en plastique et ne connaît encore rien aux réparations.

Eric & Philippe m'épaulent par téléphone. Ils vont jusqu'à initier un post de venue en aide sur le forum. Merci à ceux disponibles pour m'aider. Le forum est une force énorme. Ici il peut intervenir partout ou ses membres sont présents. J'invite toujours les autres kayakistes que je rencontre à y faire un tour, à s'inscrire.

J'avais juste anticipé en emmenant de l'arraldite lente avec laquelle j'avais déjà réparé ma pagaie.
Je m'en sers pour recouvrir les impacts. Il reste une légère voie d'eau mais je ferai mieux à mon retour.

Image

Lors de la réparation je suis très grandement soutenu par les propriétaires de la buvette de Port Théolen. Ce n'est pas la première fois qu'ils viennent en aide à un kayakiste. Ce sont des gens entiers, vrais.

Image

Je profite des ces moments pour découvrir le cap sizun à pied. Il est sauvage à souhait. Un peu trop peut-être. Beaucoup de maisons sont à vendre et pour travailler il faut souvent faire 100km aller retour jusqu'à Quimper.

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:44 pm

JOUR15 mardi 27/07/10

en pleine eau
port Théolen <> Camaret / mer
13 milles

Depuis lundi un fort nuage de bruine est coincé sur la pointe du cap sizun. Du haut des falaises on ne voit pas la mer.

Des pêcheurs me disent que 20km à l'est le temps est clair. Je vais à pied à Primelin, il y fait beau. A mon retour Port Théolen est encore un peu dans la bruine.

Je repars avec la montante. En s'éloignant la bruine disparaît. Passé la pointe de Brézellec je distingue nettement Crozon et le cap de la Chèvre. La mer est très calme, le vent légèrement portant. Je prend mon temps. J'ai un réel plaisir à reprendre l'eau et à naviguer avec le courant sous un vent favorable !
En me retournant le cap Sizun est toujours dans la brume.

Image

Un beau voilier qui était peut être dimanche à Douarnenez pour le rassemblement me dépasse devant le cap de la Chèvre.

Image

La navigation étant facile je rase les tas de pois où je n'avais jamais été. Pen Hir & ses roches sont superbes.

Image

Je dormirai dans ce décor.

Image


JOUR16 mercredi 28/07/10

utiliser les courants
Camaret / mer <> Porspoder
19 milles

Ce mercredi deux coefficients de marée de 81 se suivent. C'était déjà le cas la veille mais je ne pouvais pas exploiter la descendante.

Je quitte le goulet avec un cap nord, légèrement ouest et me sers du jusant pour être poussé à l'ouest vers la pointe St Mathieu.
Avec le flot je m'éloigne du bord pour chercher les courants et remonter la côte.
Il y a peu de vent et les courants sont bien présents. Je dépasse les cailloux à une vitesse folle sans pagayer, je cherche les veines pour jouer, je ne quitte pas les zones de remous. Je progresse en m'amusant.

Image

Ouessant est sur babord, le ciel est gris.

En fin de journée j'éprouve un peu de lassitude à faire du kayak. Peut être un peu de solitude et ce que je mange ne me convient plus. J'en suis resté au lyophilisé, je souhaite me remonter le moral avec boulangeries & restos.

J'atterris en pleine côte des Légendes sur la presqu'île St Laurent de Porspoder. Je me joins à des pêcheurs aux leurres. Ca me détend de faire autre chose que du kayak. Pas de chance j'enchaîne les perruques. Dommage j'aurai bien croqué un poisson frais.

Sans le savoir je fais ma dernière photo. Mon Rollei x-8 ne voudra plus s'allumer pas la suite.

Image

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:46 pm

JOUR17 jeudi 29/07/10

les Abers mais un peu de fatigue
Porspoder <> Kerlouan
19 milles

Je pars en rase-cailloux par temps calme. La côte y est propice. Toutefois je ne prend aucun risque.

Bien qu'il n'y ait ni vent ni houle, quelques déferlantes se lèvent plus au large. Je devine le danger que représentent ces roches par mer agitée. Paulo m'avait prévenu, je le constate. En hiver ça doit être du gros niveau.

J'aborde deux kayakistes qui me désignent un peu les ilôts du coin.

De jolis courants (coef 79) m'amènent facilement à l'ile Vierge, je la passe face nord, elle est fascinante. Je reviendrai visiter le phare, la vue doit être impressionnante.

Je voudrai atteindre Brignogan pour être près de Batz demain mais je suis las et m'arrête à Kerlouan sur une très belle plage.

Je fais le plein d'eau douce chez des riverains forts sympathiques et je reçois un appel d'Eric qui me questionne et me félicite de mon parcours. Venant d'un kayakiste c'est encourageant, mes proches me le disent pour me soutenir mais l'effet n'est pas le même.


JOUR18 vendredi 30/07/10

pagayage energique
Kerlouan <> Batz
17 milles

Cet après midi j'ai des chances de voir Eric. Je progresse à contre courant jusqu'au phare de Pontusval. Je me promène à pied dans le coin, de superbes maisons dont certaines fascinantes, imbriquées dans les rochers. Audacieux.

J'achète des vivres au camping du phare et Eric passe me voir. Je ne lui cache pas que je suis fatigué, de toute façon je pense que ça se voit. Il est important de bien s'alimenter ce que je commence tout juste à comprendre.

Il entreprend une meilleure réparation du kayak avec des matériau à polymérisation rapide. La voie d'eau a disparu. Je suis content d'être aidé dans ce coin où je ne connais personne. Merci Eric.

Image

Fort de ce soutien je pagaye énergiquement et sans discontinuer. Je me suis un peu éloigné du bord pour être dans le flot et vise le phare de Batz.

En arrivant plein ouest sur l'île je ressens un puissant contre-courant. C'est instantané mon bateau ralenti et change de tangage.

Arrivé au terrain d'hébergement je file sous la douche sans même enlever mon kayak de l'estran. Bizarrement c'est en sortant de la douche que je me sens sale. Les vêtements que je remets ne sentent plus le jasmin et une douche seule ne saurait complètement me laver.

Je passe la soirée à la crêperie du Phare où je mange en quantité. Je m'endors lourdement avec un maximum d'énergie pour le lendemain.


JOUR19 samedi 31/07/10

mon nouveau rythme
Batz <> Ile Losquet
20 milles

Je pars à l'aube dans le brouillard. De Roscoff, je ne vois que le clocher. La visibilité est de 150m environ. Par souci de sécurité je garde ma lampe frontale allumée. C'est une ambiance sympathique.

Je navigue au compas. Je reconnais l'île Calot où le forum a organisé une sortie en décembre. Plus loin je reconnais aussi le taureau et Stérec, car elle est haute. J'apprécie aussi les rochers de la pointe Annalouesten et ceux de Primel que je n'avais pas vu en décembre. Je constate du vert en haut des îlots. Ca me rappelle les côtes plus à l'est que je fréquente régulièrement.

Ayant éprouvé fatigue et lassitude quelques jours plus tôt, j'ai décidé de passer moins de temps sur l'eau. Ca me laisse le temps de me promener et de varier du kayak.

Je pagaye donc une à deux heures le matin et deux à trois heures l'après midi. En revanche pour parcourir autant de terrain j'augmente la cadence du pagayage.

Je m'arrête à la plage de trégastel et marche longtemps pour atteindre le bourg de Primel. Les voitures m'agressent. Il faut que je prenne sur moi pour me contenir car un automobiliste qui croisait d'autres véhicules me percute avec son retro droit. Il n'y a pas de bas-côté pour les piétons... Pour revenir je longerai la côte.

Le bourg est touristique, je ne m'attarde pas. 30min de ces conditions me fatiguent plus que 5h de nav'. Je suis un peu sur les nerfs. J'ai tout le temps de me reposer d'ici la renverse.

Le midi je reçois un sms d'Alain qui réside à l'ile Grande et se montre disponible pour me retrouver, m'assister. C'est avec plaisir que je lui donne rendez-vous pour le lendemain.

On voit les côtes d'Armor depuis la plage. Je souhaite couper le baie de Lannion mais n'ait aucun repère pour choisir un cap sur Trebeurden qui semble le plus proche en traversée.

Je prend la mer et lorsque j'entrevois la côte du 22 je constate plein d'îles sans plage. Je demande à un zodiac en chasse sous marine et on m'indique Molène. "Molène!?" "Oui, Molène."

Je prend la direction indiquée et, trouvant une cale, je débarque sur ce que je crois être Molène. En fait je suis sur l'île Losquet. Ce qui est sûr c'est que je suis arrivé en pleine côte de granit rose. La topographie ressemble au 29 nord mais les cailloux sont roses.
J'en suis heureux. Je vais à nouveau découvrir de paysages qui font tant parler d'eux.


JOUR20 dimanche 01/08/10

se restaurer et repartir
Ile Losquet <> Port Blanc
18 milles

On s'est donné rdv à 9h30 port St Sauveur avec Alain. Mais je ne connais pas les lieux et ne pense pas être si près de l'île Grande. En réalité j'ai dormi face à la mise à l'eau de St Sauveur.

Je file au nord mais je ne distingue aucune île. Je demande mon chemin à un pêcheur :
- Bonjour, je cherche le Port Haliguen?
- Quoi? Quel port?
- Bah je me souviens plus du nom. L'île Grande c'est où?
- C'est là , juste là . Tu as le Porz Gélen juste ici.
- Euh y'en a un autre non? Il s'appelle comment?
- St Sauveur. Tu as une passe ici (qu'il me désigne).
- Oui c'est ça merci!
Port Haliguen n'importe quoi. J'étais bien paumé qu'il a du se dire me citera Alain. Je viens de faire le tours de l'île Grande alors que c'était notre programme commun...

Je suis les indications du pêcheur et vois un kayak qui évolue entre les bateaux à 500m d'où j'ai dormi.
A ma demande Alain me fait visiter le coin et c'est vraiment sympa d'avoir les anecdotes de quelqu'un qui connaît le site, son histoire, et chaque caillou !

Sachant qu'il m'offrait le repas du midi je n'ai pas déjeuné, il faut dire que je n'ai rien qui me fasse envie dans les coffres. Après 3h sur l'eau je me sens presque en malaise. Un début d'hypoglycémie. Je préviens Alain qui propose de me remorquer. Mon objectif est de faire la nav' par moi-même alors je refuse. Un peu à tort certainement.

Alain fait une photo j'ai vraiment l'air fatigué.

Image

On prend le temps de bien manger c'est autant d'énergie et de moral pour la suite. Je me suis régalé. Une sieste réparatrice et on repart à la basse mer. Les courants n'étant pas favorables pour les sept îles on longe la côte ensemble jusqu'au phare de Tregastel. Après une photo, la dernière que j'ai de cette rando, Alain est retourné vers son île et moi j'ai continué avec tous pleins d'indices sur les bivouacs possibles.

Image

Je file jusqu'à Port Blanc. Je prends le temps d'admirer Tomé et suis conquis par les îlots de Port Blanc à marée haute. Toutefois j'y choisis une île remplie de moustiques. Je dors peu car la chaleur étouffante m'oblige à garder la tête à l'air libre.

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:52 pm

JOUR21 lundi 02/08/10

seul au monde
Port Blanc <> Ile d'Er - 7 milles

Au matin à la basse mer je me fais piéger par les impasses de cailloux et fait marche arrière pour contourner par l'ouest toutes les îles.

A la pointe avant l'île d'Er j'observe une maison en pierre et ses deux annexes blotties dans les pierres sur un promontoire rocheux au raz de l'eau.

A l'île je fais une sieste rapide. Je repars mais je n'ai pas de jus et la flegme de manger.
Ce lundi n'est pas décidé comme jour de repos mais le devient. Je compte faire un jour de pause toutes les semaines pour le repos musculaire et surtout articulaire.

Je dors et constate que si je ne repars pas vite je ne pourrais pas franchir les cailloux à marée basse sans de gros efforts. Tant pis, cela ne peut que être profitable, je passe la journée à dormir.

Je vois un groupe de kayak passer au large, ils ont l'air de se poser des questions à mon sujet, mon kayak est échoué, je dors en pleine journée et je dois semblé piégé par la BM. Il y a trop long à parcourir pour engager un dialogue et je suis d'humeur flemmarde, je ne vais pas à leur rencontre.

Je cherche des fruits sur l'île mais ne trouve rien.

Sauvage, l'île amasse plein de détritus et ça me donne envie de nettoyer comme je l'ai déjà fait dans le coin en novembre dernier. Mon kayak est plein et les résidus très nombreux. Peut être une prochaine, à plusieurs ce serait bien.


JOUR22 mardi 03/08/10

une progression qui annonce la fin
Ile d'Er <> St Quay Portrieux
24 milles

J'ai du mal à émerger après 18h de roupillon. Je n'ai plus d'eau douce, il est impératif que je m'arrête. Je vais aller à Bréhat.

Je file vers le Talbert et cherche une passe au nord. Je n'ai pas envie de charioter. Au pire je contournerai par les récifs, c'est plus sympa.

Ca passe de justesse mais ça passe. Une fois franchi je reconnais les lieux où j'ai déjà navigué par trois fois.

Je prend cap pour arriver sur le Sémaphore et retrouver le port central. Je m'y retrouve à peu près. Je me baigne, l'eau est très chaude. Pourtant quelques plagistes grognent en criant qu'elle est "glacée". Certains se baignent en combinaison.

Autant j'adore naviguer autour de cette île autant l'intérieur n'est pas à mon goût. Les maisons y sont superbes mais 72% selon les guides sont des maisons de vacances. Moi je dirai 95% car l'hiver c'est plus que mort. Même l'auberge des décapités a été entièrement refaite.

La place centrale est très touristique, je profite du marché pour prendre fruits et légumes (quel bonheur !) et fait le plein d'eau au sanitaire public. C'est rassurant d'avoir de l'eau!

Je suis en forme et je repars sans objectif précis, d'autant plus que je suis à contre courant mais le coefficient approche les mortes eaux (51). Je passe St Riom, très belle et quelques récifs où je constate de jolies veines d'eau malgré le faible coefficient de marée. La baie de Paimpol est vraiment intéressante à découvrir à priori.

Après elle je remarque de belles falaises. Certaines sont de terre et semblent avoir des plages de sables, d'autres sont grises et les plages à leur pieds sont grises aussi. Elles sont pourtant côte à côte. Cela me parait de bon lieux de bivouac, à la distance où je les passe je ne vois pas d'autre accès que la mer.

Je passe la pointe Minard et distingue une autre pointe beaucoup plus au sud. Je peux y parvenir en échange de bons efforts. C'est la pointe de St Quay et y être ce soir signifie que je pourrai traverser la baie de St Brieuc demain dans les meilleures conditions.

Je donne mon meilleur pagayage. Un peu trop peut être car j'ai un début de douleur à mon épaule gauche, pourtant saine.

Je m'arrête au niveau de La Mauve où je trouve des moules énormes. Jamais vu ça. Un curieux à St Quay me dira qu'elles sont nourries par les eaux d'épuration du coin. Qu'importe je les mange mais c'est vrai qu'elles ne sont vraiment pas bonne. Pourtant à cette saison ça devrait être un délice.

Je m'installe sur la grande plage de St Quay. C'est un haut lieu de plaisance, mais comme c'est un point de départ idéal pour le lendemain j'y reste. Il y a une discothèque pas loin et un concert de musique bretonne à 200m de mon bivouac. Ils ne me dérangeront pas trop.

Près du sémaphore une table d'orientation me donne des indices pour choisir mon cap vers Pléneuf Val André. Je connais bien ce site mais à cette distance je n'ai aucun amer évident. Heureusement il y a deux phares sur la baie et quelques récifs qui permettent de juger de sa position sans gps une fois sur l'eau.

De là haut, au pied du sémaphore, et depuis que j'ai pris cap au sud je vois le cap fréhel. Ca me fait drôle. Pour moi le cap Fréhel c'est la fin de l'objectif principal de cette randonnée car après je n'ai plus rien à découvrir. Je le regarde un moment. C'est le signe de la fin. Je sais aussi que c'est la dernière zone potentiellement engagée à franchir.


JOUR23 mercredi 04/08/10

retour au pays
St Quay Portrieux <> Erquy
17 milles

Bien que le coef soit faible je préfère partir avec la montante. Sur la manche je trouve que ce n'est jamais négligeable.

C'est un vent d'ouest qui vient me pousser vers mon objectif. Je passe Harbour, et suite vite en pleine eau. Je me retourne de temps à autre pour juger de ma position et de l'effet des courants. Le flot m'entraîne légèrement au fond de la baie. Je rectifie mon cap en conséquence.

Je constate des veines d'eau aux approches des récifs et hauts plateaux.

J'utilise les balises de la baie pour conserver un cap. Il n'y a aucun amer si ce n'est trois éoliennes qui ne me disent malheureusement rien. Le soleil n'est pas assez fort encore pour éclaircir la BSBE.

Après une bonne heure de navigation le soleil perce un instant. Suffisamment, j'ai reconnu une partie de côte urbanisée qui remonte sur le flanc gauche. Ca doit être Pléneuf. Un instant plus tard le soleil me laisse entrevoir le rocher du Verdelet. C'est bon.

J'atterri sur la grande plage, à la recherche d'une bonne boucherie & d'une bonne boulangerie.

Après mangé j'attend sur la plage. J'ai vu les affiches de Denis Maréchal au casino du Val André et je suis prêt à patienter toute l'après midi pour aller le voir à 21h. J'achète un bouquin et le lis malgré les averses. Je n'arriverai pas à patienter car un scooter des mers fait des allers-retours à 150m de moi. Le vent porte à mes oreilles. Je ne supporte pas et ré-embarque.

En arrivant au cap d'Erquy le brouillard tombe et la visibilité est limitée à 100m. Je ne vois plus que la côte à tribord, le cap a disparu. Heureusement ça ne dure pas.

L'endroit me plaît. La houle est imposante et je prend des surfs monstrueux. Je progresse plus vite que les voiliers car chaque surf me donne de nombreux mètres sans effort.

Je m'installe au milieu d'une grande plage presque déserte et dois rapidement m'abriter dans mes affaires de couchage, le vent se met à souffler très fort N-NO. Mon épaule gauche me fait un peu souffrir.


JOUR24 jeudi 05/08/10

dernier jour de mer
Erquy <> la ville Es Nonais
27 milles

Le vent est retombé pendant la nuit. Je me demande si j'aurai pris la mer dans ces conditions. Mes affaires sont couvertes de sable. La plage est entièrement vallonnée de mini dunes.

Je met à l'eau et passe devant une minuscule chapelle juchée sur un rocher.

Je vois le cap Fréhel au loin mais la distance reste grande. Le brouillard tombe à 2 reprises et me donne quelques inquiétudes.

J'avance lentement car je ménage mon épaule douloureuse et malgré la belle houle je minimise mes départs au surf.

J'arrive enfin au pied de Fréhel. Grandiose. Je sens que j'ai accompli ce pourquoi je suis parti.

Passé le cap la houle diminue fortement. Le fort La Latte, les ébihens, la côte malouine, Cézembre, tout est à portée de pagaie.

Je m'arrête sur la grande plage de St Cast. Je viens de lire un livre sur l'histoire de la bataille qui s'y est déroulée en 1758 et souhaite revoir le site. Mais il n'y a rien à voir, c'est juste un lieu touristique sur-encombré. Je monte voir le canon sur la pointe de St Cast qui a été ressorti de l'eau il y a peu en mémoire de l'évènement. Il est écrit qu'il a participé à la bataille alors que les anglais l'ont jeté à l'eau de la pointe avant de ré-embarquer la veille du combat.

Très vite je ne me sens plus "voyageur" mais juste un kayakiste sur la côte en saison estivale.

La mer est haute, je passe la pointe du décollé en son centre et j'ai les murailles et le clocher de la vieille cité corsaire face à moi. Un peu d'émotion pas forcément enjouée. Fini les vacances au grand air.

Je pense à mon prochain détail bloquant. Même si ça m'enchante peu, si j'ai possibilité d'écluser le canal d'Ille & Rance je le descendrai pour arriver à Rennes. J'estime à 2/3 jours la descente car il y a les horaires et les temps d'éclusage. 48 écluses sans compter le barrage de la Rance. J'aimerai arriver dès le soir à une écluse pour demander si je peux écluser.

Au barrage de la Rance, l'éclusier EDF très sympa ne peut pas me renseigner sur les écluses à venir, c'est complètement indépendant d'EDF. Il s'est montré disponible et je regrette de ne lui avoir demandé comment fonctionnaient les déversements. Ca aurait été bien instructif pour connaître les courants de la Rance pour cette fois et surtout pour des sortie à venir. Déverser le marnage de St Malo en 1h au lieu de 6h ça peut créer des courants sympathiques.

Pendant l'éclusage il n'y a avec moi que des moteurs. A l'ouverture des portes je fuis ces odeurs de carburant.

Un vent de nord s'engouffre dans la vallée et je surfe les vagues lisses de 40cm. Aucun effort, que du surf. Fatigué par beaucoup de temps sur l'eau je n'atteins pas la première écluse. Je m'arrête au double pont de Chateaubriand sur une plage près d'un camping. Quel bon choix j'aurai été plus loin il n'y avait plus que de la vase!

<!--[if !supportEmptyParas]-->

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:53 pm

JOUR25 vendredi 06/08/10

fin
la ville Es Nonais <> Lehon
15 km

Puisque je ne dépend plus des marées j'aurai bien fait une grasse matinée. Mais un tracteur vient enlever les algues sur la plage et me réveille de bonheur. Il voit bien qu'il me réveille. Jje ne lui en veux pas et lui fait un signe amical. Sympa il s'arrête près de moi et me montre un dauphin à 10m au bord entre les bateaux amarrés. J'en avais jamais vu, merci de m'avoir réveillé !

Je m'empresse de mettre à l'eau pour m'en approcher. Je tend une main sous l'eau mais il dévie son cap. Je cherche à nouveau un contact mais il dévie encore. Je n'insiste pas.

Je passe les ponts et me retrouve rapidement dans une vallée réduite entre terre & mer. Sternes, canards, goelands, corneilles, aigrettes, je suis dans une réserve de chasse. Le cours d'eau devient très étroit. Les balises de chenal sont échouées sur la vase. Le courant est contre moi, le vent aussi comme lorsque je descendais la Vilaine il s'engouffre par le sud.

J'atteins une écluse mais on ne peut pas me renseigner sur mes droits, l'éclusier est un vacataire. Il est 10h30 et comme c'est la 48ème écluse ils attendent 15h30 pour réouvrir pour que la PM soit déversée en aval. Là le décalage de niveaux d'eau est trop important.
- Mais il n'y a pas de ponton pour un kayak?
- Euh, non désolé.
- Je fais comment?
- Bah le mieux c'est encore par ce côté là (sur ma gauche).
- Ah, là bas? Là où c'est tout envasé? (il hoche la tête un peu embêté pour moi et ne sais quoi répondre)
- Ok, je vais faire avec, merci!

Je traîne sur 10m de vase et une fois sur l'herbe je suis aidé par quelqu'un qui restaure un carrelet fixe. Je lui demande si il compte attraper du poisson ou si c'est par nostalgie. "Oh! C'est plus pour y boire un coup!". Il me fait part de la polémique sur le barrage qui a complètement modifié l'environnement de la Rance et qui n'est pas rentable.

Je me baigne en amont pour enlever la vase et m'offre un resto.

Je reprend l'eau et suis impatient de voir Dinan vu de l'eau. J'adore cette vieille cité médiévale. Même si les constructions bordant les rives sont superbes je ne m'y attarde pas, il y a trop de tourisme. Des loueurs proposent de légères embarcations à moteur aux touristes. J'en croise une vingtaine sur 1km.

J'arrive à l'écluse n°47 ou l'éclusier ne peut pas m'aider pour les dérogations. Un professionnel me dit qu'il faut contacter les VNF mais que le délai est très long.

Je décide de m'arrêter là . Je n'ai pas la volonté de franchir 46 écluses, je ne veux pas abîmer mon bateau dans ces opérations, et le canal de m'enchante guère.

Je passe un coup de fil et 2h plus tard je suis chez moi !




BILAN


Une fois accomplie je me dis que c'est une randonnée accessible à tous.

Les impératifs sont de connaître les courants et de se ménager en sommeil et de bien se nourrir.

Je pense avoir eu de la chance par rapport au trafic maritime car je n'ai eu aucune gêne à ce niveau. Une VHF aurait quand même été la bienvenue au cas où.

En terme de sécu je précise que je me sens très à l'aise sur ma technique d'esquimautage et dessaler ne m'effraie absolument pas.

J'ai appris un peu plus sur mes limites physiques et mes capacités de randonneur kayakiste.

C'était vraiment une super randonnée. J'ai pris du plaisir à "naviguer" : utiliser les conditions climatiques, les marées pour avoir une sensation de progression. J'ai aimé me lever à des endroits différents chaque jour. J'ai aimé être en pleine eau, dans un calme total seul concentré sur mon rythme de pagayage.

La solitude sur l'eau se fait ressentir quand on débarque car on est très heureux de nouer des contacts.

Même si c'est de façon évasive j'ai parcouru les côtes bretonnes et en ai un aperçu global. J'ai eu des coups de coeur mais je n'ai parfois pas su apprécier les lieus à leur juste valeur. Fatigué ou trop concentré sur l'effort je donnai peu d'intérêt à mon environnement.

La vie au grand air est vraiment très agréable. J'ai hâte de m'y remettre.


EQUIPEMENT


Kayak : Tahé marine Reval r-line semi carbone-aramide heavy duty

Pagaie : Select cross over ergonomique kevlar-carbone

Equipement : 10kg d'affaires de chasse sous-marine plombs inclus (3kg), couchage avec duvet & sursac & matelas thermarest, nécessaire de cuisson avec réchaud, matériel de réparation en tout genre (arraldite, scotch armé, ficelle marine, élastique de rechange...), pharmacie de base au cap où, matériel de sécu (corde de remorquage règlementaire, pompe à eau, paddle-float, fusées, lampe frontale étanche, bâtons lumineux 12h, leash de pagaie, pagaie de secours, compas, cartes marines en double et porte carte "étanche"), 2 tenues estivales, 1 tenue de kayak estivale, 1 tenue de kayak mi-saison (je regrette de n'avoir pris plus hivernal pour les matins de fatigue où chaque vague dans le visage refroidit), trousse de toilette avec savon d'eau salée, nécessaire contemporain (téléphone + chargeur, carte bleue, espèces), petit carnet de bord rempli quotidienement même si sur le coup ça saoule mais on est satisfait d'avoir un souvenir fiable, couvre hiloire, cordage 8m avec mousquetons, ancre 700g (inutilisée!), jerrican compressible 15L rempli que je ne remplissai qu'à 4L et poussai derrière les cales-pieds car l'étanchéité n'est pas parfaite, nourriture pour 1 semaine hyophilisée (soupes, céréales, lait en poudre, purée) et fruits secs le tout environ 5kg, chariot, ligne de traîne (non utilisée ou presque), nécessaire de pêche aux leurres (sans succès), thermos.

L'ensemble du kayak (21kg) et du matériel non porté sur la personne devait atteindre en moyenne 50kg.


INSPIRATION


Voilà grâce à qui j'ai eu l'idée de cette rando :
http://www.ckmer.org/index.php?option=c ... &Itemid=82

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » ven. août 20, 2010 6:58 pm

Nota : si certains trouvent le format du forum peu lisible je peux vous envoyez le récit en pdf, il suffit de m'envoyer votre adresse mail par mp.

Nota2 : un peu de pub :
Cette rando est le fruit d'une année à  s'investir dans le kayakdemer. Je ne savais pas que l'activité était aussi vaste et le potentiel aussi énorme. J'ai tout appris il y a un an en m'inscrivant ici, sans jamais être passé en club auparavant. Alors je remercie le forum en entier et particulièrement les membres qui m'ont appris à  naviguer en 1 an :
- Paulo
- Smauriet
- Eric
- Nico
- Philippe
Et encore merci au forum et à  tous ceux qui le font vivre,

@+ sur l'eau

Avatar de l’utilisateur
pyve
Messages : 157
Inscription : jeu. oct. 26, 2006 7:07 pm
Localisation : st nazaire

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par pyve » ven. août 20, 2010 9:32 pm

bravo !

merci de nous faire partager ton experience , ton recit est tres interessant !! :)

a +

Avatar de l’utilisateur
Serge_53
Modérateur
Messages : 1120
Inscription : lun. sept. 03, 2007 10:52 pm
Localisation : Bretagne
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Serge_53 » ven. août 20, 2010 9:38 pm

Bonsoir Romain,
content que tu ais pu aller au bout de ton projet. :cool:
25 jours de mer, quasiment en solitaire, ce n'est quand même pas une mince affaire.
Encore bravo.
@ +
Une pirogue n'est jamais trop grande pour chavirer (proverbe africain).

Pierre
Messages : 1477
Inscription : lun. juil. 17, 2006 8:31 am
Localisation : Finistère
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Pierre » sam. août 21, 2010 5:45 pm

Un grand coup de chapeau pour la randonnée et un grand merci pour le compte-rendu richement illustré.

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » sam. août 21, 2010 8:19 pm

merci à  vous

Avatar de l’utilisateur
Carry-Boo
Modérateur
Messages : 798
Inscription : mer. août 22, 2007 1:30 pm
Localisation : Normandie, Bretagne

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Carry-Boo » sam. août 21, 2010 10:56 pm

Salut Romain,
Superbe rando, super compte rendu et une expérience hors du commun pleine de grands moments dans tous les sens du terme.
Bravo à  toi et merci pour le partage de cette expérience, en mots et en images.
Steph

Avatar de l’utilisateur
Armelle56
Messages : 161
Inscription : mer. sept. 02, 2009 10:15 pm
Localisation : Alpes maritimes
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Armelle56 » dim. août 22, 2010 4:33 pm

Salut Romain,

Je viens de lire ton récit d'un bout à  l'autre avec grand intérêt. Franchement bravo et un grand merci de nous faire partager ton aventure.

J'ai quelques questionnements après cette lecture. Je me dis qu'il faut s'accrocher quand même pour pagayer autant, tant de jours. Je me demande quelle est ta motivation, dans quel(s) but(s) tu as entrepris ce périple... ?
Je trouve audacieux aussi de t'être engagé là  dedans avec ton problème à  l'épaule.

D'un point de vue plus pratique, je me demande aussi comment tu gérerais ta nourriture et tes temps de récupération si c'était à  refaire ?

Armelle

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » dim. août 22, 2010 5:32 pm

Salut Armelle,

ma motivation, c'est en grande partie un trip que je voulais essayer, vivre au grand air avec mon kayak et le tout à  pas cher en partant de chez moi. Une rando kayak, après il y a un petit défi sur soi-même effectivement, je voulais me prouver peut être que j'étais capable de le faire mais je sais aussi que comme dans tout sport, pousser ses limites, permet de mieux appréhender le sport et de se rendre compte que les limites sont dans la tête. Pour le kayak je me suis donc fixé un projet d'envergure à  mon niveau et ce que j'ai vraiment découvert c'est à  quel point c'est sain & agréable de vivre au quotidien au grand air.

Pour gérer ma nourriture j'avais vite adopté le régime suivant : matin céréales-thon, pendant la nav fruits secs, le midi céréales-thon, pendant la nav fruits sec, le soir soupe et/ou purée-lait-sardines. Mais rien ne vaut les produits frais.
Pour me temps de récupération c'était essentiellement la nuit, et entre les horaires de marée non favorable. Je n'ai pas eu de problème vraiment de fatigue par repos. Je suis assez vite rentré dans un "état" propice à  la rando, c-a-d que dès que j'avais un pied hors du kayak je prenais tout mon temps. Il m'est arrivé une ou deux fois de me forcer à  dormir en journée car je trouvais que je manquais de lucidité. Dès que j'hésitais sur une décision je considérais que c'éatit pas bon signe, hop, à  dodo!

Voilà .
@+

Christian44
Messages : 144
Inscription : sam. févr. 03, 2007 6:33 pm
Localisation : Pays de la Loire, Aude et P.O et un peu partout

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Christian44 » lun. août 23, 2010 4:08 pm

Salut Romain,
Bravo pour cette grande rando, une belle aventure humaine.
Superbe récit et magnifiques photos.
Il y a encore vraiment de quoi se faire très plaisir dans notre monde bien tourmenté.
Merci

Christian

pascal_direct sailing44
Membre professionnel
Messages : 80
Inscription : jeu. juil. 22, 2010 3:40 pm
Localisation : loire atlantique
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par pascal_direct sailing44 » lun. août 23, 2010 5:22 pm

bravo romain , superbe randonnée et super recit ,
pascal

Eric

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Eric » lun. août 23, 2010 6:04 pm

Rhum

tu es rentré dans la légende
peu de kayakistes ,ont réalisé ce parcours d'une traite en solo
chapeau bas

Avatar de l’utilisateur
jerome53
Messages : 817
Inscription : mer. mai 20, 2009 9:20 pm
Localisation : bretagne

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par jerome53 » mer. août 25, 2010 2:56 pm

Effectivement j'en ai rêvé ROMAIN l'a fait.
Encore bravo pour cette aventure.

En apparté :
Celà  m'a rappellé le concours organisé par Manche ouest sur le tour de Bretagne, je suis allé sur le site et là  il parle de la performance du dernier à  l'avoir tenté ??? http://www.manche-ouest.org/v1/race.htm
Il annonce 197 miles en de 2 jours et 4h30 et à  6 noeuds de moyenne (33 heures de pagaie) en nordkapp
A fond sur 2 fois 2 h 30 avec pause et courant dans le dos Didier Plouhinec en surf ski tient une moyenne de 6,7 noeuds et fini rincé. http://dplouepic.skyrock.com/11.html
J'ai un peu de mal à  y croire sachant que 6 noeuds est la vitesse maxi. sur le plat pouvant être atteinte sur un kmer de rando sur une centaine de mètre, il a dû avoir une super fenêtre météo le gars. :confused:

bresteric94
Messages : 36
Inscription : ven. févr. 27, 2009 11:06 pm
Localisation : 29

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par bresteric94 » mer. août 25, 2010 10:19 pm

Bravo Romain,
je viens de lire de bout en bout ton aventure,
merci mille fois de m'avoir fait rêver et déconnecter du quotidien (" parisien" pour ma part ), vraiment un grand merci et surtout bravo d avoir réussi ce projet.
Eric

Avatar de l’utilisateur
Olivier
Messages : 2528
Inscription : sam. juil. 08, 2006 8:44 pm
Localisation : 29
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Olivier » mer. août 25, 2010 10:59 pm

Merci Romain,
Kayakdemer.eu devient utile avec un tel feed back de ta randonnée.
Ce parcours donnera des idées à  d'autres.
La forme de ton retour est vivant avec peu de texte et beaucoup de grande photos!
(Pourquoi ne crée tu pas un album photo dans la galerie ?)

Sur une longue distance, on sent que le moral, la gestion du sommeil et la nourriture compte pour beaucoup.

Merci d'avoir cité la source de ton inspiration.
Josée et Jean-Marc29
avaient intitulé leur rando, la Bretagne est une île.
As tu noué des contacts à  terre, car étant seul c'est parfois plus facile ?
Tu ne t'es pas arrêté à  Saint pol pour faire un petit coucou à  Jean Marc et Josée ?
Tu n'a pas retenu l'utilité d'une voile d'appoint pour soulager ton effort dans la durée, penserais tu à  une voile si tu voulais le refaire ?
Trouverais tu utile de suivre ton parcours en temps réel avec un GPS à  bord qui retransmette ta position sur une carte sur kayakistesdemer.org ?

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » jeu. août 26, 2010 11:15 am

Salut Olivier,

merci à  tous,

Je ne créé pas de galeries car malgré ce que vous dîtes je ne trouve pas mes photos terribles, à  part mon bivouac à  Crozon où les lumières sont chouettes. Les photos sont mises en valeur par le texte mais sinon...

J'ai noué des contacts à  terre bien sûr, surtout au départ. Après on est un peu plus déconnecté parce qu'on est sale et fatigué. Mais en vacances j'ai toujours le contact facile.

Je ne me suis pas arrêté à  St Pol où il y avait aussi Serge de Bruxelles. J'ai dormi à  Batz et ai quitté l'ile avec la marée favorable à  6h du mat', ce n'est pas forcément compatible avec des visites. Et puis je connais à  peine JMJ & Josée.

La voile d'appoint m'aurait beaucoup plus et surtout aidé mais je n'ai pas eu le temps de préparer et de tester ça. Pour une prochaine.
En revanche je précise que j'ai manqué d'une pagaie bois. Je suis encore plus ou moins en rétablissement de douleurs articulaires épaules, coudes et secondairement genoux, poignets. Il faut dire que ma pagaie est en kevlar carbone...

L'idée du GPS non pas du tout. J'aime pas le concept. Pas d'électronique à  bord. A l'ancienne plutôt.

Slt

Avatar de l’utilisateur
Olivier
Messages : 2528
Inscription : sam. juil. 08, 2006 8:44 pm
Localisation : 29
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Olivier » jeu. août 26, 2010 11:43 am

Merci romain pour avoir écrit ce que tu penses.
Ton expériences va être utile pour ceux qui s'intéressent à  la randonnée de plusieurs jours et qui n'ont pas franchi le pas.

Avatar de l’utilisateur
Guillaume-14
Administrateur
Messages : 2797
Inscription : mar. févr. 05, 2008 10:48 am
Localisation : Normandie, Bretagne, etc.

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Guillaume-14 » jeu. août 26, 2010 12:21 pm

Félicitations tout d'abord pour la rando : en solo comme tu l'as fait, chapeau bas !
Et merci beaucoup pour le compte-rendu très riche, que j'ai dévoré de bout en bout avec beaucoup de plaisir

@+ sur l'eau !
Méduzman :p

Avatar de l’utilisateur
Philippe
Messages : 2752
Inscription : sam. sept. 02, 2006 8:43 pm

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Philippe » ven. août 27, 2010 11:12 am

Salut Romain
j'ai enfin pu lire en entier le récit plein de passion. J'avais pensé t'accompagner une journée après le tour de Batz avec Serge Bxl mais tu étais déjà  presque arrivé.

Comme dit Olivier ce feed back peut rendre utile le forum au candidats à  l'aventure... Mais au départ c'est bien le forum qui t'a permis de te lancer en mer même si ce n'est pas un club, si ce n'est pas un centre de formation.

Le forum en une demi semaine a été ton tremplin...
En juillet 2009 :
mardi :
tu t'inscris et te présente .
mercredi
: Philmoun te lis et te suggère de nous rejoindre Jeudi à  la soirée sécurité.
Jeudi : Tu n'hésite pas à  venir au "jeudi rennais" que les autres régions nous envient et qui sont négligés par trop de nos voisins.
Ce soir-là , je propose un covoiturage pour le WE , pour rejoindre un Chti en vacance dans le 56.
vendredi: le Chti annule.
Samedi matin: tu m'appèles et je propose un plan B tout en me disant c'est pas raisonable d'entrainer un inconu dans une rando engagée. Mais j'avais remarqué ton énergie. Le Soir même nous quittons Cancale pour le mont Saint Michel
Dimanche. retour sans regrets de ma part. J'aurai pu tomber sur une personne qui ne supporte pas l'inconfort ou qui ne tienne pas la distance. (Voir vidéoSacrée Ballade)

Ensuite se sont succédées des sorties plus ou moins compliquées où tu enregistrais tout et te convainquais de la nécessité de l'esquimautage. Instruit par Nico56 et SMauriet en plein hiver tu t'entraines dans un étang froid; et tu maitrises.

Si ce n'est pas une merveilleuse réussite du forum!
Le message ci-dessus est un copié collé de celui que j'avais saisi dans le forum kayakdemer.eu avant MARS 2017.Vous pouvez m'y retrouver

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » sam. août 28, 2010 9:23 am

Un petit errata concernant le jour 9 suite à  la remarque d'un ami originaire de Lorient (on peut pas lui la faire celle là ...). Le voilier croisé ainsi que le poisson lune auprès de Lorient devraient être chronologiquement avant ma perte de palmes non loin de Fort Bloqué. Voili voilou.

Avatar de l’utilisateur
Rom35
Administrateur
Messages : 3739
Inscription : mer. juil. 22, 2009 9:00 am
Localisation : Apigné
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Rom35 » mar. oct. 12, 2010 7:07 pm

Je me rends compte que j'ai mal répondu à  ta question Armelle.

Si c'était à  refaire (l'été prochain j'éspère!) :
- Repos : je changerai rien, 1 journée par semaine, comme au ski! Pour récupérer musculairement et avoir une "réserve" "au cas où".
- Bouffe : chasse sous marine, c'est tout ce qui me manquait.
- Autre : pagaie bois, j'ai eu pas mal de douleurs articulaires (coudes, épaules, poignets, genoux) qui ont mis un bon mois à  s'atténuer.

Voili.

Avatar de l’utilisateur
Armelle56
Messages : 161
Inscription : mer. sept. 02, 2009 10:15 pm
Localisation : Alpes maritimes
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Armelle56 » mer. oct. 13, 2010 7:45 pm

C'est sans doute que la réponse à  cette question demandait de prendre du recul...

Bon l'été prochain, même destination, la Bretagne ?

Je me dis que si je me lançais dans ce genre d'aventure, j'aimerais avoir le temps de ne pas arriver à  une date déterminée ! Pas de date retour prévue! Les horaires de marée imposent suffisamment un rythme.

Ce que j'en dis... on a bien le droit de rêver non ?

Avatar de l’utilisateur
Guillaume29900
Messages : 497
Inscription : jeu. août 18, 2011 5:34 pm
Localisation : Bretagne - Finistère - Concarneau
Contact :

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par Guillaume29900 » sam. août 20, 2011 8:44 pm

superbe trip! je rêve depuis longtemps de quelque chose dans ce genre (quelque soit le support) et j'espère pouvoir m'y attaquer en kayak un de ces 4, mais sur un parcours plus court: Concarneau-Brignognan pour relier "chezmoi" à  "chezgrandmic", ce qui serait tout un symbole pour moi et me permettrait de naviguer devant des côtes bien connues pour moi :)

pas mal qu'on puisse faire Rennes - la mer en kayak, j'ignorais :)

si quelqu'un connait une carte des voies navigables en kayak et toutes les jonctions possibles en France (voire en Europe) ça m'intéresse ;)

Avatar de l’utilisateur
guillaume35
Administrateur
Messages : 1675
Inscription : lun. mai 19, 2008 10:52 pm
Localisation : Bretagne

Re : Les côtes bretonnes en kmer

Message par guillaume35 » sam. déc. 17, 2011 4:21 pm

Le fait d'être bloqué à  du bon, on prends le temps de lire des perles du forum.
J'étais au courant de ton parcours, mais le lire c'est quelque chose.

Encore bravo.

J'aimerais bien faire un truc comme ça.

Répondre